C H R I S T I A N    

 G  U  I  G  U  E

Les seules données conservées par ce site sont celles des personnes qui s'inscrivent pour recevoir nos informations.

 

 

Posts à l'affiche

Je suis à la recherche de documents sur "droits et devoirs" pour une planche au premier degré. Merci pour vos messages et vos avis

April 29, 2016

REPONSE. Le plan de votre travail pourrait s'articuler sur la définition puis ce que recouvrent les devoirs et les droits en vigueur dans la société profane.

 

Développez la partie " devoirs (collectifs et individuels) ", puis la partie " droits (collectifs et individuels)". Une petite synthèse de la partie "Profane" établira les interactions. Ceci constituera la première moitié de ton travail que tu peux introduire puis développer en posant la question : " Les droits et les devoirs, que la société et les hommes édictent depuis des siècles, possèdent-ils une valeur ou un contenu immuables ou sont-ils susceptibles de variations et donc d'adaptation en fonctions des intérêts ponctuels ? " Les devoirs de la Nation envers le peuple restent-ils identiques à ceux des hommes composant comme devant défendre et assurer le bon fonctionnement de la société ? Les devoirs des hommes de pouvoir ou de direction restent-ils identiques à ceux des assujettis ? Mais d'autres options restent possibles, il vous appartient de les choisir en fonction de votre vision de la société et de l'homme. Exemple de devoir collectif : La Nation avait pour devoir primordial de permettre aux citoyens de travailler car la dignité de l'homme n'existe qu'à partir du moment où celui-ci peut subsister par lui-même en faisant vivre sa famille. La République a donc le devoir capital de fournir du travail à ses enfants. Il en fut ainsi au 18ème et jusque vers le milieu du 19ème siècle. Pour éviter le chômage l'Etat avait créé les Ateliers Nationaux, leur fermeture et la remise en cause de ce devoir de l'Etat envers les citoyens fut la cause d'une nouvelle révolution. Les devoirs (donc les obligations) de l'Etat, énoncés à travers la devises républicaine "Liberté, Egalité, Fraternité" se sont trouvés modifiés par leurs représentants à travers les époques pour aboutir à une situation de "non responsabilité" actuelle : l'état a toujours raison.

 

Nous sommes aux antipodes de la démocratie athénienne ou tout mandat pouvait se voir révoqué immédiatement si l'homme politique n'agissait pas dans la plus parfaite représentation des demandes et des attentes du peuple. Les hommes politiques actuels qui représentent et défendent les intérêts de leur parti et non plus les attentes de leurs mandants auraient tous disparu sous l'Athènes antique. Exemple significatif de ce que l'on pourrait considérer comme une violation du principe d'égalité relatif au droit entre les politiques et le peuple : les hommes politiques - à travers le Parlement - décident en votant les lois de tout ce qui concerne le peuple : les impôts, les régimes de retraite, etc. S'ils décident pour nous de ce que nous devrons payer en impôts et taxations diverses, ils s'arrangent entre eux pour s'exempter de ce qu'ils nous imposent (sous prétexte qu'il s'agit d'indemnité et non pas de salaire, voilà une belle hypocrisie !) alors qu'ils devraient être les premiers, en tant que représentants de la Nation, à donner l'exemple. Un retraité bénéficiant d'une retraite modeste ne peut pas exercer une activité complémentaire dont il a pourtant grand besoin pour vivre alors qu'un politique peut cumuler les indemnités et avantages divers sans limitation d'âge quand le citoyen lambda sera d'office mis à la retraite dès qu'il aura atteint l'âge maximum déterminé. Il y a deux poids et deux mesures en France ! Et ces politiques s'étonnent que les Français soient écoeurés et qu'ils ne veulent voter pour eux ? Il nous faut un Robespierre, un serviteur de la Vertu, un nouveau 1789 !

 

La mise à la retraite des hommes politiques, entre plusieurs autres nécessités d'alignement des usages, doit suivre celui en vigueur dans la société du travail, voilà une marque du respect de ce que doit être l'Egalité républicaine. De même lorsqu'ils votent les 42 annuités de cotisations pour bénéficier d'une retraite à taux normal, ils s'abstiennent bien de faire valoir qu'ils bénéficient d'une rente dès la fin de leur première législature (soit cinq années seulement durant lesquelles ils cotisent pour deux années en une) s'ils ne sont pas réélus à leur siège. Les fonctionnaires de Bruxelles partent en retraite à 50 ans sans minoration eux ! Au lieu de devenir des chantres du respect de la vertu d'Egalité, ils se comportent en champions de l'injustice sociale.

 

Avant de réformer les régimes de retraite et autres spécificités sociales, il faudra commencer par abolir les privilèges accordés à tous les hommes politiques, dont de très nombreux maçons, et que tous commencent par payer l'impôt sur les sommes perçues au titre de leurs divers mandats sans en oublier les avantages en nature (voiture de fonction, etc.). A côté de cela notre Etat inégalitaire et injuste veut taxer les salariés bénéficiant d'avantages dans leur entreprise (carte bleue gratuite pour les employés de banque, électricité pour les personnels d'EDF, peut-être aussi sur les timbres-poste que ne reçoivent pas les postiers mais dont ils auraient pu bénéficier ? , etc., etc..). Courteline nous ferait rire si cela ne s'avérait pas aussi dramatique. Les devoirs deviennent vite un domaine variable à l'infini selon la situation sociale personnelle, nous le vérifions entre les hommes politiques et le peuple.

 

Cette inégalité se retrouve entre l'Etat et les citoyens : tous ceux qui attaquent la puissance publique en réparation d'un préjudice personnel ou collectif en savent quelque chose. L'Etat triche puisqu'il est à la fois juge à travers les tribunaux administratifs et le Conseil d'Etat et partie puisqu'une action se trouve exercée contre lui. La Cour de Justice de l'Union Européenne vient le remettre devant ses devoirs et obligations ; elle devient l'ultime recours incontournable qui condamne sans exception tous les Etats défaillants. Si vous traitez ce genre de problème, vouas allez passionner les frères et les sœurs de votre région. Deuxième partie : les Devoirs et les Droits en Maçonnerie. Ils sont évoqués dans l'Obligation ou Serment. Revoyez les termes de l'engagement que vous prétâtes lors de votre cérémonie de réception. Vous y noterez l'obligation d'assistance et la pratique de la Fraternité et de la Tolérance envers tous les frères et toutes les sœurs, etc. Notez que ce devoir fait lui aussi l'objet de trop nombreux non respects parmi les maçons. Exemples : jalousies voire même calomnies de tous ordres entre des frères voire des sœurs, critiques lors de la désignation des Offices, guerre lors de l'élection au vénéralat entraînant parfois la scission de la loge, refus de payer la capitation des frères en difficulté ou en chômage de longue durée pour ne pas les radier, etc. On pourra y trouver quelques devoirs complémentaires édictées par le Règlement général de l'obédience voire par le Règlement Intérieur de la loge. Reprenez tous les textes et analysez-les.

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square