C H R I S T I A N    

 G  U  I  G  U  E

Les seules données conservées par ce site sont celles des personnes qui s'inscrivent pour recevoir nos informations.

 

 

Posts à l'affiche

Faut-il accéder aux hauts grades ?

September 23, 2016

Je suis maître et l'on me propose de faire ma demande pour passer Maître Secret. Suis-je obligé d'accepter ?

 

REPONSE. Vous travaillez donc au REAA. Si on vous propose de passer à ce grade, c'est qu'on vous apprécie bien que ceci ne soit jamais établi à 100 %. Il faut aussi remplacer ceux qui ne viennent plus étant âges ou ne voulant plus se déplacer car cela pèse de plus en plus dans le budget familial, remplacer ceux qui sont partis ailleurs, et donc regarnir les colonnes. Dans ce cas, n'importe qui convient : il faut faire le nombre soit pour pouvoir travailler rituellement soit pour améliorer le trésor et tant pis pour la non qualité des recrues, elle-même tributaire et la conséquence de la non qualité des célébrants.

 

Vous vous posez des questions vu cette demande et ne semblez pas heureux de la proposition. Je ne sais rien de vous ni de la motivation de votre hésitation ou réserve. Il m'est donc impossible de pouvoir vous conseiller quoi que ce soit en la matière.

 

NON, on n'est jamais obligé d'accepter une proposition, vous pouvez donc la refuser mais il faut que vous sachiez que cela ne va pas plaire et vous risquez des retours de bâton en toute fraternité bien évidemment.. Ne soyez pas surpris si des rumeurs sont lancées et circulent dans les parvis sur vous. Ceux qui courent après toutes les fonctions, les grades et les honneurs ne peuvent pas comprendre que des frères ne viennent pas en maçonnerie pour cela. En agissant ainsi vous allez les mettre devant le  miroir de leurs imperfections et de leur défaillances et cela ne plaît jamais. 

 

J'ai reçu ce genre de demande une fois d'un Apprenti qui refusait de passer Compagnon. Il disait que si l'on reste toujours un éternel Apprenti durant toute sa vie à quoi bon prendre des grades ? La logique reste imparable. 

 

Près de la moitié des frères du GO refusent de prendre les grades dits supérieurs du Grand Collège des Rites. Voici un exemple intéressant. 

 

Quand on est jeune maçon, on est fier de prendre les grades les uns après les autres. Puis, bien plus tard, 15 ou 20 voire 30 ans après, et que l'on se retourne sur ce parcours et les grades acquis, on se rend compte finalement que bien peu comptaient y compris les derniers reçus.

 

Tout reste une affaire d'évolution personnelle et de quête ou d'absence de quête. Il arrive que des Apprentis soient initiatiquement infiniment plus avancés que les CBCS ou 32e ou 33e de leur groupe. Les grands maçons de demain sont forcément des Apprentis exceptionnels aujourd'hui ! Lorsqu'on sait ce que l'on cherche, ce que l'on doit faire et où l'on doit aller, on n'a plus besoin de grades ni de système. D'ailleurs il faut savoir que plus l'on coure après des fonctions, des grades ou des dignités, plus on se minorise, plus on s'éloigne d'une possibilité d'initiation, plus on régresse aussi dans l'ordre de la spiritualité qui ne peut pas se développer chez ceux qui s'enfoncent toujours plus dans l'ego, dans leur vanité, donc dans les passions matérielles et ténébreuses, Ces gens vont alors jouer le jeu de l'hypocrisie, ils deviennent les Tartufes suprêmes.

 

Tout dépend donc de ce qui va compter pour vous. Voulez-vous devenir un homme du système avec tout ce que cela comporte de blocages et de dangers pour votre cheminement personnel ? Ou aspirez-vous véritablement à réaliser l'initiation en vous ?

Vous avez ici à choisir entre l'Avoir ou l'Etre, entre l'Illusion et la réalité, entre le périssable et l'immortel.. Vous seul pouvez faire ce choix. C'est toute votre responsabilité qui se trouve ici engagée en vertu du libre-arbitre qui vous est confié. Ce choix pèsera très lourd dans votre existence. Tout ce qui surviendra dans votre vie en dépendra. ne venez jamais vous plaindre des épreuves, des maladies, car elles seront la conséquence du mauvais choix que vous aurez volontairement privilégié. Saint Augustin disait : " Une chose n'est pas juste parce que Dieu le veut,, c'est parce qu'elle est juste que Dieu le veut.". Vous voici prévenu !

 

 

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square