C H R I S T I A N    

 G  U  I  G  U  E

Les seules données conservées par ce site sont celles des personnes qui s'inscrivent pour recevoir nos informations.

 

 

Posts à l'affiche

Une Maçonnerie qui nierait le fait religieux au seul bénéfice d'un humanisme serait-elle traditionnelle ? Jean-Michel. CBCS.

March 25, 2018

On méconnais trop souvent que la franc-maçonnerie est le vecteur de la transmission de l'initiation pour l'occident et c'est ce qui en fait toute sa grandeur. Et ceci depuis le début de la maçonnerie opérative au 7e siècle au moment de la chute de l'Empire romain d'Occident. La franc-maçonnerie opérative a duré plus de 1000 ans jusqu'au début du XVIIIe siècle. Elle fut toujours catholique romaine puis aussi catholique anglicane en Angleterre.  Ce qui changea l'orientation de la maçonnerie en France, ce furent vers 1740 les encyclopédistes qui traitaient de l'homme, de sa place dans la nature, de sa condition sociale, tandis qu'une autre partie de la maçonnerie continuait à demeurer ésotérique, occultiste. La Révolution française de 1789 a définitivement fait basculer la franc-maçonnerie française et francophone dans la maçonnerie sociale, ce qui se trouve toujours véhiculé par le Grand Orient de France et les organisations qui le suivent comme le Droit Humain, la Grande Loge Mixte de France, la Grande Loge Mixte universelle, la GLFF, etcaetera. Le défaut des maçons,  disons de nos contemporains, c'est qu ils veulent suivre la mode du moment, laquelle demeure liée aux tendances de la société et de ses problèmes, ce qui n'a plus rien à voir avec l'initiation ni sa transmission. C'est tout ce qui se trouve limité et empêché par les Landmarks anglo-saxons.

 

    L'initiation maçonnique, qui reste à caractère archaïque et c'est ce qui en fait toute sa valeur et sa grandeur, s'avère obligatoirement religieuse comme le furent toutes les initiations de ce type dans l'Antiquité. Etre traditionnel, c'est respecter et transmettre ces données anciennes. L'initiation avait toujours lieu dans des temples en se trouvant conférée par des prêtres. Les plus sceptiques devraient reconnaitre, avec un minimum d'honnêteté intellectuelle, que tout le vocabulaire de la maçonnerie est religieux : on parle de temple, du temple de Salomon de Jérusalem, de frère et de sœur, de pavement mosaïque ; on parle de chapitre, de houppe, etcaetera. Toutes nos légendes de grade trouvent leur inspiration dans la Bible. Si l'on conteste ce caractère sacré et religieux, que vient faire la Bible et tout ce langage et ces légendes, qui en proviennent, dans nos loges ?

 

La franc-maçonnerie moderne a pour dogme le temple de Salomon, fis de David, roi d'Israël. Si l'on conteste ce caractère religieux, il faut éliminer des organisations, qui se disent maçonnique mais contestent le coté religieux de la FM, le temple de Salomon, les légendes des grades, les mots sacrés et noms issus de la Bible, les mots frères, vénérable - le vénérable qui est d'ailleurs le nom donné au chef d'une abbaye , c est on ne peut plus religieux -, la corde a houppes qui est utilisé par l'Église pour indiquer les degrés de sa hiérarchie comme on le fait à l'armée avec les barrettes. Plus il y a de barrettes plus l on est élevé dans la hiérarchie militaire, plus on a de houppes plus on se situe à un niveau important dans la classification des offices de l'église. Bref, si l'on conteste le religieux dans la FM, - alors pourquoi parlerait-on des noms de Dieu au REAA ? - il convient de tout retirer, mais si on le fait, il n'y a plus de FM du tout. Il ne reste même plus un social club vu l'absence de réelle fraternité sur le terrain.

 

Il ne peut pas y avoir d'initiation sans religion, raison pour laquelle maçonnerie régulière exige la croyance en un Dieu créateur, et même davantage encore, en un Dieu révélé, ce qui s'avère infiniment plus exigeant et en change toute la perspective. La fraternité, l'application des devoirs fraternels, les obligations liées au secret, tout ceci n est que la conséquence de l'initiation, un ensemble tout à fait secondaire : cela ne peut pas être la donnée principale.

 

Les rituels de quasiment tous les rites à la française sont devenus des coquilles vides. Tellement de choses furent retirées, changées, remplacées par d'autres expressions ou données, ont disparu au fil du temps, qu'il ne reste quasiment plus rien d'important au regard de l'initiation. On trouve de quoi faire une cérémonie, cela fait illusion et satisfait ceux qui ne savent rien, qui ne sont pas là pour connaître ni pour être, qui, en prenant des grades et des titres, satisfont leur ego, mais au bout du compte où sont les initiés dans nos organisations ? Si par miracle, il s'en trouve un, il sera obligé de s'en aller ou de prendre ses distances. C'est parce que des milliers de soeurs et de frères aspirent toujours à ce qu'ils ne trouvent plus dans les loges des grandes structures qu'ils partent ailleurs vers les nouvelles organisations qui se créent. Cette situation s'aggrave encore avec nos soi-disant spécialistes des commissions de révision des rituels qui continuent le massacre en modifiant encore tout ce qui les dérange comme ce côté religieux chrétien spécifique du rectifié, rite maçonnique chevaleresque et templier, qui n'est pas oecuménique - pourquoi le serait-il ? - et dérange. Dans un rituel de Compagnon, l'expression ma force est dans le Seigneur s'est vue remplacé par ma plus pure consciencen d'autres modifications ayant eu lieu, on peut jeter ce rituel qui ne présente plus aucun intérêt si l'on est un authentique Cherchant car il n'y a plus rien à trouver. On a aussi supprimé la mention dans le serment de réception de sainte religion chrétienne pour lui substituer le plus pur esprit du christianisme qui pour eux ne recouvre rien et ce n'est pas fini. Quand on n'est pas un hypocrite, on donne le nom de sa religion. J'ai dûprêter pour la 3eme fois mes obligations en 2018 et j'ai dit : "sainte religion catholique romaine". On sait que des groupes travaillent actuellement à modifier encore nos rituels et ceci dans plusieurs organisations. Les rituels de Willermoz étaient déjà terriblement imparfaits voire ahurissants à certains égards du fait de ses non connaissances multiples et de toutes les modifications qu'il a apportées aux originaux validés au Convent de Lyon en 1778 : signalons ici qu'aucun rituel ne fut soumis au vote des participants à celui de Wilhelmsbad. Donc toutes les nouveautés apportées déjà aux rituels à l'issue de ce convent par les frères de Strasbourg sont irrégulières. C'était facile pour eux vu que Willermoz avait pris soin de ne pas faire inviter ses opposants français. On parle de Ab Eremo mais on oublie de dire que les grands vainqueurs de Wilhelmsbad furent les Illuminés de Bavière, groupe que rejoignit le prince Charles de Hesse-Cassel ! Wilhelmsbad fut un terrible fiasco pour la maçonnerie rectifiée française.

  

De nombreux CBCS qui en ont assez de ce massacre du rite quittent la France pour aller en Espagne ou en Andorre au Grand Prieuré de Lusitanie, là où l'on n'a pas honte d'être catholique. Etre vaguement chrétien, c'est faire acte d'hypocrisie et cette hypocrisie rend impossible toute initiation. Dans ce monde, nul ne peut tricher sans en payer un prix redoutable.

Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square