Je m'interroge sur le Blanc du Régime Rectifié

Bonsoir mon BAF Christian et merci pour cette longue réponse pleine d'Amour fraternel et chevaleresque. Votre livre m'a fait un bien considérable en décentrant le problème de ma personne et me faisant comprendre qu'au sein de ce Régime Ecossais Rectifié, architecture maçonnico-chevaleresque partagée par seize organisations, comme vous l'indiquez dans votre ouvrage, il existe deux réels problèmes qui affectent certains membres au sommet du Régime. Là, dans la classe chevaleresque,des Frères ont été armés CBCS et puis ont accédé à des fonctions de dignitaires mais présentent des carences en matière de formation ou pire, ont carrément dévié pour suivre un parcours "carrièriste" à l'opposé de toute vraie valeur ce qui les conduit à retarder voire dans certains cas à interdire l'armement d'autres Frères dont ils redoutent la sincérité où les compétences. Ce problème affecte peu ou prou TOUTES les organisations pratiquant le Rectifié. Le savoir rend plus fort et plus prudent sans pour autant se départir de la franchise et de la sincérité qui sont des valeurs chevaleresques. La question est POURQUOI dans certains cas les Ecuyers Novices sont amenés à rencontrer ce type de Révérends Chevaliers qui peuvent être Préfets, Commandeurs, Instructeurs des Novices ? Des pierres d'achoppement rencontrées alors que l'on approche de l'accomplissement du parcours rectifié (bien qu'en réalité, celui-ci ne soit jamais fini), des violations des valeurs chevaleresques et chrétiennes dignes parfois de ce que vous appelez très fortement des "chevaliers des ténèbres" ! Est-ce une illustration dans notre rite de la parabole évangélique du bon grain et de l'ivraie ? En tout cas, c'est un mystère, comparable à celui de ces chrétiens de toutes confessions (et la chose existe bien sûr, vous le soulignez également, dans d'autres religions) qui paraissent ne fréquenter les lieux de culte que pour dissuader d'autres personnes d'y rentrer ! Nous savons en tout cas, depuis le grade de Maître Ecossais de Saint André, qu'il faut nous tenir prêts à combattre "les faux frères" que l'on pourrait qualifier dans l'Ordre Intérieur de "chevaliers félons". Toutefois, ce que vous me dites au sujet de l'attitude du Préfet et du Commandeur qui ont examiné mon travail avant de le trouver "hors sujet" ne m'autorise pas à les classer dans les pires catégories, ce qui est encourageant. Non, ils n'ont pas accepté mon blason et ma devise car je ne les leur ai pas présentés vu que dans mon grand Prieuré la procédure est la suivante :

-définition du projet spirituel et chevaleresque révélant les traits profonds de l'être de l'Ecuyer et sa perception de la voie chevaleresque

-"réception" par l'Ecuyer dans la méditation et la prière du Nom (Que Quelqu'un Là-Haut connaît de toute Eternité) et de la devise (extraite de l'Ecriture Sainte, en particulier des psaumes)

- partant de là, élaboration du blason dans le respect des règles de l'héraldique avec l'aide du Héraut d'Armes.

Puisque vous avez fraternellement, en chevalier chrétien, accepté de lire mon premier projet spirituel et chevaleresque, je vous le parvenir et prendrai connaissance avec beaucoup d'intérêt de votre sentiment. Bien fraternellement en Christ,


REPONSE :

Bonjour mon bien aimé frère JP. V,

Je viens de parcourir votre travail et, en effet, il ne correspond pas à ce qu'un prieuré attend d'un Ecuyer. Généralement, on donne un thème de travail tel que ceux abordés dans le livre l'Ecuyer Novice.

Votre projet spirituel pourrait être : avancer d'une foi inculquée par la famille, le milieu, donc en quelque sorte imposée, extérieure, à la foi révélée, connaissante, celle qui est vérité, réalité de chaque instant, lumière. C'est ce que propose la Maçonnerie avec la voie symbolique : de faire réaliser l'éveil en soi, la foi révélée qui va provoquer la rencontre ultime permettant l'Emmanuel ou Dieu en Nous.


Le choix de la devise doit être libre, en aucun cas imposé, ce qui malencontreusement existe parfois ici ou là. Il en va de même pour le blason. Un de mes frères avait choisi le loup comme meuble pour son blason de sable au loup d'argent passant, cela lui fut refusé. On lui imposa la vierge Marie, ce qui reste un non sens : beaucoup de blasons de nos frères CBCS sont une aimable plaisanterie en matière d'héraldique. Son Ordre Intérieur a complétement dénaturé ce qu'il est en lui imposant des éléments qu'il n'approuve pas. Il a rapidement changé d'organisation au Bleu donc au Vert et au Blanc. Le problème de deux grands prieurés, dont votre ancien, est, c'est bien connu, qu'ils se prennent pour une église parallèle en remplacement de celle de Rome. D'ailleurs ils ne se développent pas en termes d'effectifs, ce serait même le contraire vu qu'ils font peur donc partir ceux qu'ils arment et fuir d'éventuels candidats.


Le choix des meubles et émaux ou métaux du blason ne relève pas de telle partie de la Bible mais de ce que vous êtes, de votre qualité dominante ou à la limite de la défense ou sauvegarde de quelque chose qui demeure capital pour vous. Bacon de la Chevalerie qui fut un grand personnage du Rectifié au 18e siècle avait pris le sanglier parce qu'il était un grand chasseur. On ne lui demandait pas alors de révéler le fond de son âme, ce qui ne regarde d'ailleurs personne sinon Dieu et vous. Choisir ses armes cela n'a rien de commun avec la foi ou la Bible. Ceux qui agissent ainsi parlent beaucoup de religion en oubliant l'exercice de la fraternité envers tous leurs prochains ; ils se trouvent trop préoccupés à passer de poste en poste, de dignité en dignité en oubliant de faire le travail qui va avec. J'ai dit à certain grand prieur qu'il se contentait de parader sans servir ni le rite ni la religion catholique, que si j'étais à sa place je doublerai l'effectif au Blanc en moins de cinq ans. Il n'a eu de cesse que je m'en aille en montant cabale sur cabale. Le grand prieur a même eu le toupet de me demander de quel droit j'écrivais sur la maçonnerie, ce qui ne risque pas de lui arriver vu sa non connaissance générale sur tout. Ayant fait un grave accident cardiaque en réaction et ayant raconté l'histoire aux cardiologues, celui de l'hôpital m'a dit : " il faut arrêter avec ces gens, ils vont finir par avoir votre peau, le prochain accident risque d'être le dernier pour vous". Si on aime vraiment le Rectifié, il faut fuir ces gens qui s'en servent pour des ambitions personnelles mais ne le servent en rien.


Pour votre profession de foi, vous pouvez parfaitement reprendre le texte de la prière : Je crois en Dieu si cela vous convient ou d'exprimer ce que vous voulez. J'ai un faible pour les béatitudes du sermon sur la montagne et conseille toujours à mes frères de choisir celle qui leur correspond. J'aime beaucoup : heureux les simples en esprit. Ceux qui ne se compliquent pas la voie ni l'existence, qui n'agissent pas en ennemis d'eux-mêmes, qui ne perdent pas un temps inutile à suivre des gens qui privilégient les choses de ce monde. Heureux les simples qui avancent en exprimant authentiquement leur foi, ce qui n'est pas évident, les Eglises, les Temples, les Synagogues et les Mosquées étant pleines de mécréants. Heureux les simples qui ont une confiance totale en Jésus, en la Vierge Marie, ceux qui vont les recevoir en eux. La simplicité s'avère très exigeante et difficile à vivre car elle implique beaucoup de renoncements aux choses de ce monde.


Je reste à votre écoute mon bien aimé frère J.P.. Que N Souverain Maître vous ait en Sa sainte garde comme nous le formulons chez les Templiers (non RER). Bien fraternellement,


Posts à l'affiche
Archives
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square